1ère semaine en Guyane

On sait d’avance que le climat est chaud et humide, et pourtant, on sort de l’avion totalement confiant. Grossière erreur ! En moins de temps qu’il n’en faut pour dire « Dis-donc on se croirait en Thaïlande », BIM ! On est trempé de sueur et on se sent tout moite. Il paraît que l’acclimatation prend 3 mois; nous verrons bien 🙂

L’évocation de la Guyane, particulièrement de Cayenne, fait penser aux bagnes, aux méchants insectes, à la dangereuse jungle, aux reportages sur les trafics de drogue (spéciale dédicace pour Stéphane ! ;-)), le virus Zika et l’orpaillage illégal. Un vision des choses pas très bisounours, en l’occurrence. Il faut avouer que nos premiers instants à Cayenne ont été marqués par un sentiment de liberté et de bien-être (humidité qui fait frisotter les cheveux mise à part). « La vie douce », disent les créoles. Les colibris viennent récolter le nectar des fleurs d’hibiscus, les jardins regorgent de fruits délicieux toute l’année, les insectes ne sont pas agressifs (sauf le moustique, cette enflure internationale), des hamacs sont installés sur chaque terrasse, les gens sont globalement souriants. Bien sûr, nous avons vite nuancé ce sentiment, car tout n’est pas rose ici. Néanmoins, nous avons été surpris de nous y sentir bien, et de réaliser que cette partie d’Amérique du Sud, c’est bel et bien la France.

Au menu lors des premiers jours : ceviche d’acoupa, accras, soupe de Giraumon, et Ti’punch bien sûr ! Pas évident de faire ses courses au marché car on ne connaît pas tous les fruits/légumes, ni même les noms des poissons locaux 😀

La suite au prochaine épisode !

La vie douce : une allégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *