Artisanat amérindien et pharmacopée aluku

Le temps passe toujours aussi vite, et est rythmé par les missions que je dois effectuer à Maripasoula. A peine rentrée à Cayenne, il faut préparer la mission suivante afin de s’assurer que le matériel arrive en temps et en heure. Beaucoup de temps et de manutention sont nécessaires, mais avec l’habitude on va déjà plus vite !

La 2e mission à Maripasoula m’a permis de découvrir l’artisanat amérindien, grâce au Marché Artisanal qui s’y est tenu : des bijoux réalisés à base de perles ou de végétaux, des portes-bébés en coton des abattis, des poteries, des vanneries, des ciels de case/pagayes… tout est superbe et réalisé avec beaucoup de raffinement. Les populations amérindiennes de Talhuen, Twenké, Antecume-Pata et j’en passe se sont donné le rendez-vous, et sont venus en pirogue pour l’occasion. L’office de tourisme et le Parc amazonien de Guyane chapotent l’événement, qui compte aussi des courses de pirogues et des visites. C’était un chouette moment.

 

2018-11-10 12.28.09-1
Un aperçu du rassemblement de pirogues !

J’ai aussi été ravie d’apprendre certains remèdes aluku, en utilisant des plantes comme le papayer et l’anacardier notamment. De l’écorce jusqu’aux graines, tout est utile pour la santé ! On trouve les protocoles sur internet, mais c’est encore plus intéressant de demander son avis à une personne qui utilise ces plantes depuis des générations. Le résultat est satisfaisant, en ce qui concerne les maladies chroniques surtout.

2018-11-11 11.47.24-1
Le fruit de l’anacardier : la pomme-cajou ! Hé oui c’est bien une noix de cajou qui se trouve dans la coque en forme de rein 🙂

La suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *